Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

lundi 7 janvier 2013

[LC] Une rose au paradis

Auteur : René Barjavel
Parution française : 1981
Éditeur : Pocket

Quatrième de Couverture
Une manifestation réunit, place de la Concorde, des millions de femmes enceintes venues dénoncer les effets de la bombe U. Le cataclysme se déclenche et la planète Terre est réduite à néant. Lucie, lune des manifestantes, échappe mystérieusement à la déflagration. Seize ans plus tard Lucie vit avec son mari et ses enfants dans un univers où le temps n’existe plus, où il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir vêtements et nourriture.

Que s’est-il passé ? Qui est l’énigmatique Monsieur Gé que les enfants assimilent confusément à un Dieu ?

Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel.

Le Choix du Livre
Grande admiratrice de René Barjavel, dont finalement je n'ai lu que très peu de livres mais qui m'ont tous marqués, j'ai sauté sur l'occasion d'une lecture commune organisée par Laure pour découvrir Une rose au paradis!

Mon Avis
Je viens tout juste de terminer la lecture du roman que j'ai du dévorer en deux jours entre deux révisions parce que mon colis a été livré pendant les vacances et que moi, j'étais en Corse! Bref, d'habitude j'aime bien prendre le temps de digérer un livre avant de savoir si je l'ai vraiment aimé, et d'en donner un avis assez objectif. Mais cette fois, pas le temps alors c'est parti pour mes impressions à chaud! Comme souvent chez Barjavel, nous entrons dans un univers à la fois familier mais différent de celui que nous connaissons. Nous sommes ici dans un Paris intemporel, un peu futuriste, un peu désuet. Difficile à dire. En tout cas, dans ce monde apocalyptique où l'usage de la Bombe U, sorte de bombe nucléaire, est monnaie courante, Lucie tente de vendre des machines à coudre tellement sophistiquée qu'après quelques réglages, le vêtement sort tout prêt à l'emploi. Une panne d'autogire (sorte d'engin volant) entre deux démonstrations lui permet de rencontrer l'amour de sa vie : Henri Jonas. Un mois après, ils se marient, et le mois suivant leur union, Mme Jonas attend des jumeaux. Ce bonheur parfait est cependant mis en péril par la Bombe U, et une manifestation de femmes enceintes à laquelle participe Lucie Jonas verra la vie de ce couple basculer. Tous deux sont "enlever" par le mystérieux Monsieur Gé qui leur annonce la fin du monde et les invite à venir à bord de son Arche où ils devront rester durant vingt ans puis remonter à la surface de la Terre afin de la repeupler. Mais au seizième anniversaire des jumeaux, Jim et Jif, tout bascule...

L'écriture de Barjavel est, comme à son habitude, très belle. Fluide. Poétique. Chaque entrée dans un de ses romans me laisse admirative. En revanche, j'avoue avoir été un peu déçue par la lecture de ce roman, car les deux que je connaissais de l'auteur ont été de réels coup de coeur. L'un deux, La Nuit des Temps, est même devenu mon livre favori. Quant au roman Le Voyageur Imprudent, je me rappelle avoir mis plusieurs jours à m'en remettre tant il m'avait bouleversé. Ici, l'histoire m'a beaucoup rappelé Le Papillon des Etoiles de Werber, que j'avais moyennement apprécié. Du coup, je pense que ça a beaucoup altéré mon jugement, moi qui ait déjà beaucoup de mal avec les références bibliques dans un roman de science-fiction. L'Arche de Noë, Adam et Eve, ce genre de choses ne m'ont pas particulièrement emballée. En revanche, tout l'univers imaginé par Barjavel à l'intérieur de l'Arche m'a fasciné. Rien n'est laissé au hasard, toute la vie possible dans l'Arche a été étudiée dans les moindres détails. Le mode de création de la nourriture, et de tous les besoins des cinq habitants m'ont rappelé le récit que fait Eléa de la vie qu'elle menait à son époque dans La Nuit des Temps.

Concernant les personnages, je ne sais pas trop quoi en penser. J'ai éprouver beaucoup d'affection pour chacun d'entre eux mais ils finissaient par m'énerver à un moment où à un autre. Je crois que le seul que j'ai beaucoup aimé du début à la fin est Henri Jonas. Espèce de geek de son temps, amoureux de sa femme, savant fou qui crée un robot à quatre têtes qu'il nomme Marguerite, ce bonhomme a tout pour me plaire! En revanche, je trouve les enfants un peu insupportables et les réactions de Lucie parfois un peu trop surjouée. Mais il faut dire que la situation n'arrange pas les choses. Mais je ne peux pas en dire plus pour ne pas spoiler trop l'intrigue. En revanche, je reste sceptique au sujet de Monsieur Gé qui reste un véritable mystère pour moi. Je n'arrive pas à m'expliquer qui il est vraiment et j'avoue que j'aurai aimé des explications un peu plus approfondies à son sujet parce que la vision quasi-divine que nous avons de lui ne me convient pas vraiment...

On s'imagine toujours que le cataclysme s'arrêtera à quelques mètres et que s'il n'y a qu'un rescapé on sera celui-là, avec ceux qu'on chérit et qui font partie de soi. Mais cette fois-ci il n'y aurait pas de rescapés, pas un seul...

Conclusion
Ce roman n'a pas été un coup de coeur car j'ai préféré mes autres lectures de Barjavel. Cependant, j'ai été heureuse de renouer avec le style de cet auteur hors du commun et de participer à cette lecture commune. J'ai encore deux livres de Barjavel dans ma bibliothèque, Le Grand Secret et Ravage, et ça m'a motivée à m'y plonger enfin!


Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Laure.
Les autres participantes :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...