Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

mercredi 19 juin 2013

La Ballade de Lila K

Auteure : Blandine Le Callet
Parution française : 2010
Éditeur : Éditions Stock
Prix reçus : Prix des Lecteurs du Livre de Poche, Prix des Lectrices Terrafemina - Le Livre de Poche

Quatrième de Couverture
La Ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l'a prise en charge.
Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue.
Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.
Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore... Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La Ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société.

Non, c’est inamovible. Indélébile. Là réside tout l’intérêt : avec le livre, tu possèdes le texte. Tu le possèdes vraiment. Il reste avec toi, sans que personne ne puisse le modifier à ton insu. Par les temps qui courent, ce n’est pas un mince avantage, crois-moi, a-t-il ajouté à voix basse. Ex libris veritas, fillette. La vérité sort des livres. Souviens-toi de ça : Ex libris veritas.

Le Choix du Livre
Première inscription à la Médiathèque de ma nouvelle ville et je n'avais pas envie de repartir les mains vides! Puis je suis tombée sur La Ballade de Lila K et je me suis rappelée avoir lu une bonne critique de ce roman chez plusieurs blogueuses, et notamment chez Laure, alors je me suis lancée!

Mon Avis
Le livre nous plonge directement au cœur de l'événement qui a changé la vie de la petite Lila. A six ans, elle est séparée de sa mère qui est emmenée de force par des hommes en noir. Quant à elle, elle se retrouve au Centre. Elle ne se souvient pas de son enfance. Elle ne se rappelle que de cette séparation brutale et de ce qui a suivit. Elle se souvient de sa mère. Elle ne sait pas ce qu'elle est devenue mais elle n'a qu'un but : la retrouver. Alors elle va se plier aux règles du Centre malgré ce que cela lui coûte. Devoir réapprendre à vivre, à parler, à supporter la lumière et le contact des gens. Ou du moins faire comme si. C'est dans cette ambiance calfeutrée, sous surveillance quasi-permanente que la petite Lila va grandir et apprendre à agir en fonction de ce qu'elle attend des gens. Quitte à les manipuler. Mais elle découvrira que certaines personnes seront prêtes à l'aider sans avoir à être manipulée, à commencer par M. Kauffman. Mais pas que.

Les personnages sont peu nombreux. Il y a évidemment Lila, cette petite fille solitaire qu'on voit grandir et pour qui on se prend d'affection. Elle est tellement... vraie, humaine. Evidemment, elle n'est pas parfaite, elle a ses faiblesses mais elle est assez intelligente pour comprendre comment fonctionne le Centre et le monde en général. Et elle n'hésitera pas à se servir de cette faculté pour arriver à ses fins, quitte à manipuler les gens. Mais au fond, dans une telle société, peut-on vraiment faire confiance à quelqu'un? Apparemment oui car Lila a la chance de tomber sur les bonnes personnes au bon moment. Des personnes de confiance. Des personnes qui luttent contre le système chacun à leur façon. Des personnages peu nombreux comme je le disais mais tous très attachants, qu'on aimerait avoir pour ami nous aussi.

Etant quelqu'un qui, la plupart du temps, lit les chroniques en diagonal pour ne pas me spoiler, je pensais, en lisant les premières pages, que La Ballade de Lila K ne serait qu'un livre retraçant la reconstruction personnelle de la petite Lila au sein du Centre, voire les retrouvailles avec sa mère puisque c'est le fil conducteur de l'histoire. Une sorte de ballade initiatique en somme. Mais on se rend peu à peu compte que l'univers dans lequel évolue Lila est loin du notre. Et ça, c'est fort. Aucune indication n'est donné sur l'époque ou le lieu où se déroule l'action. Mais à travers le récit de (puisqu'il s'agit d'une narration à la première personne), on arrive à placer les événements dans un Paris futuriste où tout est sécurisé et filmé. Une dystopie française où l'on retrouve le clivage centre riche et banlieue pauvre. Où des modifications génétiques sont opérées, où les chats sont multicolores et où les gramabooks ont remplacés les livres.

Les thèmes abordés dans La Ballade de Lila K ne sont donc pas totalement innovants et l'on retrouve facilement les influences de Blandine Le Callet. Au-delà des inspirations du genre de la dystopie même, on retrouve cette peur des livres déjà présente chez Bradbury. Le livre, cet objet si petit mais qui contient tant d'informations susceptibles d'ouvrir les yeux des gens et de corrompre ainsi le système quasi-totalitaire mis en place. Mais ici, on ne brûle pas les livres, on les numérise en prenant bien soin de supprimer les pCalletassages un peu trop révolutionnaires... Il y a aussi une évidente inspiration kafkaïenne ne serait-ce que par le nom de Lila : K, qui n'est autre que le nom du héros dans Le Procès mais aussi le même genre d'univers très fermé. A noter que K est aussi le nom de la famille des Chroniques Martiennes, encore de Bradbury. On retrouve enfin le monde ultra-surveillé qu'avait imaginé Orwell dans 1984... Bref, je vais arrêter là sur les références mais il est clair que l'auteure ne s'est pas lancée dans la rédaction de son roman sans se baser sur des valeurs sûres!

La Ballade de Lila K n'est donc pas une ballade de tout repos. Ce n'est pas une ballade apaisante mais bien une ballade au coeur d'un monde détraqué, une ballade dans la vie de Lila, une ballade dans la relation mère/fille qui unit Lila à sa mère envers et contre tous. Une plongée au fond de l'enfer pour en ressortir plus forte. Je ne connaissais pas du tout Blandine Le Callet mais j'ai vraiment adoré son écriture, sa sensibilité, la tendresse et la violence avec laquelle elle nous plonge dans l'univers de Lila, le mélange des genres aussi...

C’est cela, sans doute, faire son deuil : accepter que le monde continue, inchangé, alors même qu’un être essentiel à sa marche en a été chassé. Accepter que les lignes restent droites et les couleurs intenses. Accepter l’évidence de sa propre survie.

Conclusion
Un roman qui tient en haleine du début à la fin, une histoire d'amour hors du commun, une lutte acharnée au nom de la vérité. La Ballade de Lila K est donc très très belle découverte, un coup de coeur, que je ne saurais que conseiller à tous ceux qui ne l'auraient pas encore lu!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...