Les dernières chroniques

jeudi 29 août 2013

La comtesse de Ricotta

Auteure : Milena Agus
Titre original : La contessa di ricotta
Traductrice : Françoise Brun
Édition Italienne : 2009
Édition Française : 2012
Éditeur : Liana Levi

Quatrième de Couverture
La splendeur ancienne n’est plus, le palazzo familial se délabre, la plupart des appartements ont été vendus et les trois soeurs se partagent ceux qui restent. Seule l’aînée, Noemi, rêve de reconquérir le faste perdu et de restaurer la demeure sur les hauteurs de Cagliari. Les deux autres s’accommodent de la déchéance. Le sujet sur lequel en revanche toutes les trois s’accordent est l’amour imparfait. Toujours imparfait. Pour Maddalena, qui s’adonne avec persévérance à une sexualité fiévreuse, le désir d’enfant n’est pas satisfait. Pour Noemi, l’objet de l’amour est fuyant et dédaigneux. Quant à la plus jeune, la fragile comtesse de Ricotta, on dirait que la vie entière lui échappe. Comme les objets de ses mains maladroites. Comme l’étrange petit garçon qu’elle élève seule. Mais peut-être que l’espoir se cache tout près, juste de l’autre côté du mur… Milena Agus nous emporte à nouveau dans son univers si particulier où se côtoient désenchantement et magie lumineuse.

Elle, qui examinait les stucs de la salle à manger où jamais personne ne mange, s'est retournée brusquement et s'est penchée à la fenêtre pour le convaincre de la valeur de l'ancien, du devoir de tout un chacun de préserver la Cagliari d'autrefois, bien maltraitée par les bombardements mais toujours aussi magnifique. S'est-il déjà demandé, lui, pourquoi on ne s'y ennuie jamais? C'est parce que la ville est à la verticale, avec des descentes et des montées, une multitude de points de vu différents, et tellement de variations de couleur selon les vents qu'une vie entière ne suffirait pas à les voir toutes.

Le Choix du Livre
Milena Agus est une auteure dont j'ai déjà parlé avec Mon Voisin et Battement d'ailes. C'est une auteure que j'aime. Alors chaque fois que je vois une de ses œuvres, je ne peux pas m'empêcher de me jeter dessus. Surtout quand le titre et la couverture sont aussi jolis et intrigants!

Mon Avis
Cette fois, ce n'est pas un personnage fantasque et attachant que nous offre Milena Agus mais trois. Trois sœurs aussi différentes que sardes! Issues d'une famille qui fut jadis aisée, elles vivent maintenant dans les appartements qu'il reste de la demeure un peu délabrée dont elles ont hérité. L'aînée rêve de redonner sa splendeur d'antan à ce domaine tandis que la cadette ne pense qu'à avoir un enfant mais en vain. Quant à la benjamine, qu'on surnomme la Comtesse de Ricotta, elle vit dans un autre monde avec son fils un peu bizarre aussi. Toutes les trois ont tout de même un point commun: elles cherchent l'amour. Elles cherchent à combler un vide.

L'aînée pense que la rénovation de l'immeuble peut combler le manque d'homme dans sa vie mais elle va vite se rendre compte que ce n'est pas le cas. La cadette comble le manque d'enfant par une vie sexuelle très mouvementée avec son mari. Uniquement en période de fécondité. Et la Comtesse, un peu perdue, cherche un père pour Carlino. Une quête différente pour chacune, mais finalement pas tant que ça. Et chacune d'entre elle est touchante dans sa façon d'être, ses maladresses, ses bêtises. Loin d'être parfaites, Milena Agus nous dépeints des femmes inadaptées à la société dans laquelle elles vivent. Elles me font un peu penser à Madame, dans Battement d'ailes. On ne saurait pas vraiment dire à quelle époque elles vivent s'il n'y avait pas les petits détails sur leur travail par exemple, sur la vie qu'elles mènent. Quant à la Comtesse, elle ne peut que rappeler l'héroïne de Mon Voisin tant leurs histoires se rejoignent...

Mais cette fois, Milena Agus se concentrent un peu plus sur la psychologie de ses personnages que sur la beauté de la Sardaigne. Pourtant, on la sent, on la sait toujours en arrière-plan mais elle se fait plus discrète. Elle se met au service des personnages plutôt que l'inverse. Mais cela ne m'a pas empêché d'avoir une folle envie de découvrir cette île italienne que j'ai aperçu au loin lors de mes vacances corses mais sans possibilité d'y mettre un pied. Cette fois en tout cas! Quoi qu'il en soit, La comtesse de Ricotta n'est pas un livre qui brille par son scénario mais justement par la facilité qu'a l'auteure à transformer des situations d'une banalité affligeante en instants de pure poésie. Et je pense que c'est ce que j'aime le plus chez Milena Agus, et ce qui fait aussi que je tombe sous le charme de chacun de ses livres.

Alors, à quoi bon les sentiers entre les murets de pierre sèche enfouis sous le maquis, le silence, hormis les grillons et les cigales, les plages bleu et or où s'étendre et regarder les vagues venir vous lécher les pieds, les routes qui se serrent contre les falaises à pic, la mer à l'infini? Et les collines aux roches basses, aux récifs argentés comme des cratères de lune où s'ouvrent des piscines naturelles débordant de sable, et la mer qui est toujours belle, menaçante quand les vagues rugissent et se gonflent pour s'abattre avec fracas, douce quand elle vous accueille en elle sans frémir, à quoi ça sert, quand on est si triste? A rien.

Conclusion
Encore un coup de cœur pour ce roman de Milena Agus qui ne déroge pas à la règle! Et quand j'aurai lu sa bibliographie complète, il ne me restera plus qu'à organiser mes vacances à Cagliari en espérant que les habitants ressembleront aux personnages de ces livres que j'ai dévoré!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...