Les dernières chroniques

mardi 29 octobre 2013

La Transcendante

Auteure : Patricia Reznikov
Parution française : Août 2013
Éditeur : Albin Michel

Quatrième de Couverture
« Quelques semaines après le sinistre, en fouillant dans les décombres de ma chambre, j’ai retrouvé un ouvrage intact. Un seul. C’était La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne… J’ai creusé ce livre dans tous les sens, pour y chercher une réponse, comme on remue une tombe. »

Pour tenter de renaître, Pauline part à Boston, en Nouvelle-Angleterre. Des rencontres étonnantes et baroques – un libraire-cyclope, un homme-oiseau, un professeur fantasque – la mènent sur les traces du grand écrivain romantique. Ode au rêve américain, celui de Hawthorne, Thoreau et Melville, La Transcendante est l’émouvant parcours d’une rédemption par la littérature. On y retrouve l’univers poétique et envoûtant de l’auteur de La Nuit n’éclaire pas tout, prix Cazes-Lipp 2011.

Un jour, mon appartement a brûlé, et avec lui, toute ma bibliothèque.
Tous les auteurs que j'aimais, ceux qui m'avaient aidée à me construire, ceux qui m'avaient accompagnée comme une famille, ceux qui avaient bercé mes moments de solitude, tous sont partis en fumée. Comme dans un mauvais rêve, une sorte d'holocauste. Sont morts des poètes russes, américains, des romanciers français, anglais, allemands. Et, d'une certaine manière, moi aussi, je suis morte avec eux.

Le Choix du Livre
La Transcendante est le livre que j'ai reçu à l'occasion du dernier Masse Critique organisé par le site Babelio! Je me rappelle que ce jour-là, j'avais cours toute la matinée, et j'avais un peu peur qu'à mon retour il ne reste rien qui m'intéresse. Puis je suis tombée sur le synopsis de ce livre. La Lettre Écarlate. Nathaniel Hawthorne. Thoreau et Melville. Tous ces noms qui m'ont ramené à mes quelques années d'études d'anglais, ces écrivains qui ont (d)écrit la naissance d'une Amérique encore sauvage. Ce sujet me passionnait déjà à l'époque alors finalement, j'ai été ravie de recevoir ce roman tout droit sorti de la dernière rentrée littéraire!

Mon Avis
Mon avis ne sera peut-être pas des plus objectif dans le sens où, comme je le disais, je suis vraiment passionnée de toute la littérature américaine de cette époque. Nous suivons donc Pauline qui a vécu un traumatisme et qui s'exile aux Etats-Unis afin de suivre les traces de Nathaniel Hawthorne, célèbre auteur de La Lettre Écarlate, le seul livre ayant survécu à l'incendie de l'appartement de la jeune femme. Elle y va surtout pour se retrouver, trouver quelque chose qui lui donne la force de continuer et va faire d'étranges rencontres. Notamment celle de Georgia, une vieille dame farfelue, ancienne professeure de littérature spécialisée dans les Transcendantalistes dont Hawthorne faisait justement partie, et qui va vouloir aider Pauline à trouver ce qu'elle cherche. Le personnage de Georgia est vraiment haut en couleur et va, au début du moins, donner un rythme un peu soutenu au roman en lui évitant de patauger dans la mélancolie et les questionnements de Pauline. Pauline qui d'ailleurs est un personnage que j'ai souvent eu du mal à suivre et à comprendre au début. Car oui, ce doit être traumatisant de tout perdre dans un incendie et j'imagine qu'on n'en sort pas indemne, mais je trouvais qu'elle en faisait un peu trop. Et aussi qu'elle était assez désagréable envers Georgia. Mais fort heureusement, tout cela a une explication dans les pages qui suivent et plus on avance dans le roman, plus on comprend les motivations des personnages et plus on s'attache à eux.

Ce que j'ai vraiment aimé dans ce roman, au-delà de l'aspect "parcours initiatique", c'est la découverte des lieux mythique de la vie d'Hawthorne et de la vie de l'Amérique en général. Georgia est très bien renseignée sur le sujet, et fait découvrir à Pauline des lieux mythiques de la littérature américaine, mais surtout des lieux dont on entend pas forcément parlé quand on pense au tourisme en Amérique. Les descriptions de ces vieilles bâtisses témoins de la chasse aux sorcières de Salem, la maison où vécurent Nathaniel et sa chère Sophia, le lac Walden qui a inspiré Thoreaule cimetière de Sleepy Hollow où reposent aujourd'hui tant de grands noms de la littérature américaine (Louisa May Alcott, Ralph Waldo Emerson, Nathaniel Hawthorne et sa femme Sophia, Henry David Thoreau...). Je n'ai jamais eu l'occasion de visiter les Etats-Unis mais quand j'y pense, j'imagine les grandes villes surpeuplées, les endroits immenses, surprenants, époustouflants. Et La Transcendante m'a permis d'imaginer autre chose. Quelque chose de plus intimes, de plus vrais aussi. Et je crois que si je devais aller là-bas, j'aurai envie de suivre le parcours de Pauline et de Georgia plutôt que d'aller à Las Vegas, à New-York ou à Miami. Visiter les origines de ce pays immenses pour en comprendre l'Histoire.

Evidemment, ce livre n'est pas parfait. J'ai lu quelques critiques à son sujet, et je rejoins la plupart des gens sur le fait que parfois, les phrases en anglais tout de suite suivies de la traduction sont agaçantes. Je pense que des notes en bas de pages pour les non-anglophones auraient été amplement suffisantes. Mais je crois que c'est la seule chose que je pourrais reprocher à La Transcendante. L'écriture de Patricia Reznikov est fluide et efficace et même les extraits de La Lettre Écarlate ne m'ont pas dérangée, au contraire. Ils m'ont surtout donné envie de me replonger dans ce roman, de revivre la tragique mais magnifique histoire d'Hester Prynne. Peut-être aussi de redécouvrir ce roman sous un autre jour, en connaissant maintenant les conditions dans lesquelles il a été écrit... Et j'ai aussi, finalement, apprécié les descriptions de Paris qui m'ont donné envie, maintenant que je suis en région parisienne, d'aller vérifier tout cela de mes propres yeux!

Eh bien, Sophia raconte qu'elle pouvait apercevoir de sa fenêtre son marie en compagnie d'Emerson et de Thoreau, tous trois assis sur cette pierre, en grande conversation! Ils regardaient vers la rivière et le petit ponton tout en bas et lui tournaient le dos. Elle n'entendait pas ce qu'ils disaient. Discussion transcendantalistes, ou sur la cause abolitionniste, ou conversation simple et ordinaire sur la nature, sur le temps. Il faut imaginer ces trois grands hommes bavardant, puis se taisant, contemplatifs...

Conclusion
Je l'avais dit, ma critique n'est pas forcément objective mais La Transcendante a été pour moi un vrai coup de coeur qui m'a donné envie de me lancer moi aussi sur les traces de ces auteurs si mystérieux. Une lecture pleine de littérature, de culture, de philosophie, dont on ressort grandit!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...