Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

jeudi 5 juin 2014

Beaucoup de bruit pour rien - William Shakespeare

En attendant de reprendre un rythme de lecture convenable, j'ai décidé de revenir un peu sur les œuvres étudiées lors de cette dernière année de licence et je commence par un auteur incontournable : William Shakespeare. J'avoue que je n'avais jamais lu Beaucoup de bruit pour rien avant de suivre un cours intitulé "Histoire du spectacle vivant" et c'est bien dommage car c'est vraiment une très grande comédie d'un des auteurs anglais que j'apprécie le plus. Pour la petite anecdote, j'ai d'abord assisté à la représentation de cette pièce au Théâtre de Fontenay-le-Fleury par la troupe des Nomadesques : une adaptation western de l'oeuvre shakespearienne que j'ai adoré! J'ai ri du début à la fin et même NicoChéri qui a fait l'effort de m'accompagner alors qu'il n'avait jamais vu une pièce de théâtre et qu'il n'est pas du tout branché littérature a passé un très bon moment. Suite à cela, j'ai regardé l'adaptation cinématographique de 1993 réalisée par Kenneth Branagh (mais oui, vous savez, ce monsieur qui interprète Gilderoy Lockart dans Harry Potter et la Chambre des Secrets) dans laquelle il joue lui-même le rôle de Benedick aux côtés de son ex-femme, Emma Thompson qui, elle, interprète Béatrice. Et enfin, j'ai pu lire la pièce écrite par Shakespeare dans sa version française et originale et j'ai pu l'apprécier à sa juste valeur!

Don Pédro
Je veux te conter comment Béatrice louait ton esprit l'autre jour. Je disais que tu avais l'esprit fin.
- "C'est vrai, a-t-elle répondu, il l'a minuscule."
- " Non, repris-je, je veux dire, un grand esprit. "
- " Exact, dit-elle, un grand, gros esprit. "
- " Point, dis-je, un bon esprit. "
- " Très juste, dit-elle, il ne fait de mal à personne. "
- " C'est un esprit réfléchi. "
- " Exactement, dit-elle, c'est le reflet d'un esprit. "
- " En outre, il possède plusieurs langues. "
- " Ça, je le crois, dit-elle, car il ma juré lundi soir une chose qu'il m'a démentie mardi matin. Ce qui montre qu'il a la langue double, autrement dit deux paroles. "
C'est ainsi qu'une heure durant, elle a pris à rebours tes qualités... et pourtant, elle a fini par conclure avec un soupir que tu étais l'homme le plus accompli d'Italie.

La quatrième de couverture de cette édition donne directement le ton de la pièce : un humour totalement basé sur les jeux de mots et les quiproquos. Don Pedro, prince d'Aragon, revient à Messine, en Sicile, victorieux de la guerre et accompagné de ses hommes parmi lesquels se trouve Benedick, un de ses soldats dont la réputation n'est plus à faire. Célibataire endurci, il ne croit pas en l'amour, tout comme Béatrice, nièce de Leonato, le seigneur de Messine. Les deux jeunes gens se connaissent d'ailleurs très bien et ne peuvent s'empêcher, dès qu'ils se retrouvent, de se lancer dans des joutes verbales endiablées. Un autre duo voit également le jour dès le début de la pièce : Claudio, ami de Benedick, tombe amoureux de Hero, la fille de Leonato, au premier regard. L'histoire va alors tourner autour de deux intrigues principales : d'une part, le futur mariage entre Claudio et Hero mis à mal par Don Juan, le frère jaloux de Don Pedro, et d'autre part le complot de Don Pedro et des siens pour faire tomber amoureux Benedick et Béatrice l'un de l'autre. Beaucoup de bruit pour rien, qui porte bien son titre, va alors nous offrir toute une série de rebondissements inattendus, parfois un peu triste mais la plupart du temps très drôle, sans laisser une seconde de répit au lecteur/spectateur, que ce soit grâce aux péripéties ou grâce à la plume exceptionnelle de Shakespeare qui nous offre deux personnages à la répartie extraordinaire!

Benedick
- C'est parce que je ne veux pas avoir le tort de me méfier d'une d'elles, que je veux avoir ce tort de ne me fier à aucune. La conclusion, et je n'en serai que plus accompli, c'est que je vivrai garçon.

En effet, si l'on se demande ce qu'il va advenir du couple Claudio/Hero, on attend encore plus impatiemment les moments où Benedick et Béatrice vont se retrouver afin de déguster leurs échanges plein de finesse et d'ironie et afin de savoir si le complot à leur sujet va fonctionner ou pas. Et on a envie que ça marche! Enfin, il se passe donc beaucoup de chose mais comme qui dirait, tout est bien qui finit bien. Shakespeare, surtout connu pour ses tragédies, aurait pu être tenté de glisser sur cette pente à tout moment vu les événements mais il revient toujours du côté du rire, ce qui fait de Beaucoup de bruit pour rien une comédie drôle, frôlant même l'hilarité par moment. Mais il faut garder à l'esprit que nous sommes face à une pièce de théâtre, et qu'elle est donc faite pour être vue et non pour être lue. Je pense que si j'ai autant apprécié cette oeuvre théâtrale, c'est parce que j'avais vu une représentation ainsi que le film juste avant. Du coup, mon avis n'est peut-être pas totalement représentatif, mais si jamais vous voulez avoir une bonne idée de ce que peut être une représentation de cette pièce de Shakespeare sans forcément aller au théâtre, n'hésitez pas à regarder le film dont j'ai parlé au début du billet qui est d'une qualité exceptionnelle! 

Benedick
Eh bien! ma foi, il me semble qu'elle est trop chétive pour un éloge exalté, trop brune pour un éloge brillant, et trop petite pour un grand éloge. Tout ce que je puis dire en sa faveur, c'est que, fût-elle autre qu'elle n'est, elle ne serait pas jolie, et que, telle qu'elle est, elle ne me plaît pas.


En conclusion, Beaucoup de bruit pour rien est une comédie qui prouve une fois de plus à quel point l'écriture de Shakespeare est intemporelle. L'intrigue, qui prend place en Sicile au XVIe siècle, a été remise au goût du jour en Toscane au XVIIIe siècle par Kenneth Branagh, en version western par les Nomadesques mais il existe des tonnes d'adaptations de cette oeuvre dont une que j'aimerai vraiment voir, c'est celle dans laquelle David Tennant (interprète du dixième Docteur de Doctor Who) interprète Benedick et Catherine Tate (Donna Noble dans Doctor Who) interprète Béatrice. Shakespeare est un auteur qui a toujours fasciné et inspiré et quand on voit ce que les artistes parviennent à en faire, on ne peut que s'en réjouir. Mais il me semble important de ne pas se contenter de regarder les adaptations et de toujours se référer à l'oeuvre originale à un moment donné pour l'apprécier pleinement. 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...