Blog en pause prolongée pour cause de préparation du CRPE...

See you soon... or later!

Les dernières chroniques

Final Fantasy Type-0

dimanche 19 octobre 2014

La Sélection - Livre III : L’Élue - Kiera Cass

J'avais à la fois hâte et peur de me lancer dans le troisième et dernier volume de la trilogie de Kiera Cass : La Sélection. Hâte parce que les deux premiers livres étaient intéressants et qu'il me tardait de connaître le fin mot de l'histoire. Peur parce que j'en attendais toujours trop de ces romans et que, bien que je les ai appréciés, j'avais toujours l'impression qu'il me manquait quelque chose une fois le livre fermé. Cette impression m'avait, à chaque fois, empêché d'avoir un coup de cœur pour la saga de La Sélection. Alors est-ce que le troisième volet aura finalement réussit à me convaincre que La Sélection est une trilogie qui en vaut la peine? Est-ce que Kiera Cass a su rectifier le tir afin de donner à son histoire un tournant un peu moins strass et paillettes? C'est en tout cas l'impression que j'en ai eu et j'ai été agréablement surprise. Mais c'était aussi visiblement un risque pour l'auteure qui semble avoir déçu une autre partie de son public, sans doute plus jeune, et qui avait apprécié ce côté téléréalité sans doute plus que le côté politique du royaume d'Illeá...

Une seule candidate sera couronnée

Trois cents ans ont passé
et les États-Unis ont sombré dans l’oubli.
De leurs ruines est née Illeá, une monarchie de castes.
Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

La Sélection a bouleversé la vie de trente-cinq jeunes filles. Déchirées entre amitié et rivalité, les quatre candidates encore en lice resteront liées par les épreuves qu’elles ont dû surmonter ensemble. Entre les intrigues amoureuses et celles de la cour, c’est une lutte de tous les instants pour demeurer fidèles à leurs idéaux. America n’aurait jamais pensé être si près de la couronne, ni du coeur du Prince Maxon. À quelques jours du terme de la compétition, tandis que l’insurrection fait rage aux portes du Palais, l’heure du choix a sonné. Car il ne doit en rester qu’une…

Dans ce troisième livre de La Sélection, le nombre des prétendantes du prince Maxon a fortement chuté puisqu'elles ne sont plus que quatre. Moins de filles, moins de compétition, moins de crêpage de chignons... plus d'action! C'est en tout cas ce que j'ai ressenti à la lecture de ce livre que j'ai eu beaucoup de mal à lâcher avant d'en savoir enfin le dénouement. America est plus sûre de ses sentiments pour Maxon, mais elle reste cependant fidèle à elle-même en n'acceptant jamais ce qui pourrait la rapprocher de l'élu de son cœur si cela l'éloigne de ses convictions. En cela, j'ai déjà trouvé que la jeune héroïne avait quelque peu mûrie même si les intrigues amoureuses sont toujours présentes, et même si quelquefois, Maxon est un peu trop girouette à mon goût. C'est drôle parce que c'était un personnage que j'adorais vraiment dans les deux premiers livres, et dans le troisième, j'ai eu beaucoup plus de mal avec ce jeune homme - mais je vous rassure, à la fin je l'appréciais vraiment - et j'ai beaucoup plus aimé Aspen qui, lui, m'énervait depuis le début! Comme si, dans ce dernier tome, Kiera Cass avait décidé de chambouler tout les acquis mais je ne m'en plains pas puisque c'est celui que j'ai préféré.

Il n'est pas parfait, loin de là. Mais quand on est ensemble, j'ai l'impression d'être America, point barre. Pas une caste ni une sans-grade. Je ne le considère même pas comme un prince, en réalité. Il est lui, je suis moi.

Comme je le disais, la compétition est moins mise en avant et on peut donc se pencher un peu plus sur le sort d'Illeá. On en apprend plus sur les renégats, sur ce qui les motive à attaquer le palais et sur la vraie nature du roi Clarkson même si on en avait déjà eu un bel aperçu dans le livre II. J'ai aussi découvert un autre visage de la reine Amberly que j'ai moins apprécié tandis que d'autres personnages, comme Céleste, sont remontés dans mon estime. Bref, je vous l'ai dit, c'est le livre des chamboulements. D'ailleurs certains d'entre eux m'ont beaucoup étonnée et j'avoue que je ne m'y attendais pas. Ce que je trouve un peu dommage, c'est que la raison de ces choix scénaristiques reste un peu obscure. Un peu comme si l'auteure ne voulait pas aller directement là où on l'attendait mais qu'elle avait préféré mettre quelques complications juste pour nous étonner mais sans fondement réel derrière. C'est, finalement, ce que j'ai trouvé le plus dommage dans L’Élue. Ça, et aussi la tendance de Kiera Cass à ouvrir des possibilités et de ne jamais aller vraiment au bout. C'est vraiment dommage car énormément de points intéressants auraient pu être approfondis. Mais bon, j'ai tellement pris de plaisir à lire ce livre que ces petits défauts ne m'ont finalement pas dérangée plus que ça et que ce n'est qu'après coup que je me suis posée quelques questions concernant le sort de certains personnages...

Mary ne me pose aucune question. Elle me débarrasse de ma robe mouillée, m’en propose une autre, me recoiffe, un sourire moqueur aux lèvres, et c’est toute pomponnée que je retourne au Boudoir. Il pleut toujours des cordes et je suis au septième ciel. Désormais la pluie va avoir une signification spéciale pour moi. Une fois sortie de ma bulle, je me rends compte que l’ultimatum des Renégats a plongé le palais dans un désarroi oppressant. Mes camarades sont nerveuses, elles ont la tête ailleurs.



En conclusion, j'ai décidé de mettre L’Élue dans mes coups de cœur parce que je l'ai vraiment dévoré en quelques heures et que j'ai passé un très bon moment aux côtés d'America, Maxon, Aspen et autres personnages du peuple d'Illeá. Et j'avoue qu'avec la folie des adaptations cinématographiques actuelles, je serais curieuse de voir ce que donnerait la trilogie de La Sélection sur grand écran. En espérant qu'un réalisateur finira par se pencher sur la question, c'est le cœur léger que je dis au revoir à ce petit univers imaginé par Kiera Cass. 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...