Les dernières chroniques

mercredi 20 janvier 2016

[#leFilmDeLaSemaine] 3 - Chappie


Après un film d'horreur et un film romantique, on change complètement de registre avec un film de science-fiction pour cette troisième participation au challenge #leFilmDeLaSemaine! Ça faisait un moment que le Chéri voulait voir ce film, et on s'est enfin décidé même si j'avoue qu'il ne me tentait pas plus que ça. Je crois qu'en fait, j'avais surtout un problème avec l'affiche car en cherchant de quoi illustrer cet article, j'ai vu celles d'autres pays que je trouve beaucoup plus représentative de l'ambiance de Chappie. A côté de ça, le casting m'enthousiasmait quand même car j'adore Hugh Jackman et j'étais curieuse de découvrir Dev Patel dans autre chose que Slumdog Millionnaire! Finalement, j'ai quand même bien fait de ne plus repousser l'échéance car j'ai vraiment passé un bon moment en compagnie de ce robot, sorte de version nouveau millénaire de Johnny 5 pour ceux qui se souviennent!


Dans un futur proche, la population, opprimée par une police entièrement robotisée, commence à se rebeller. Chappie, l’un de ces droïdes policiers, est kidnappé. Reprogrammé, il devient le premier robot capable de penser et ressentir par lui-même. Mais des forces puissantes, destructrices, considèrent Chappie comme un danger pour l’humanité et l’ordre établi. Elles vont tout faire pour maintenir le statu quo et s’assurer qu’il soit le premier, et le dernier, de son espèce.
En vérité, Chappie n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais car après un début assez banal, qui évoque effectivement un monde où la Police est maintenant composée de robots, la suite des événements prend une tournure assez imprévue. Deon, le créateur bien geek et introverti de ces machines et qui rêve de les voir prendre réellement vie, parvient à son but et se retrouve kidnappé par des bandits qui veulent utiliser sa création pour commettre quelques larcins. Chappie prend donc vie, tel un nouveau-né au milieu de ces personnages qui sont aux antipodes : d'un côté son créateur hyper-intelligent et honnête, et de l'autre les gens pour qui il va agir, look punk et intelligence disons relative. Il va alors devoir se forger lui-même un caractère basé sur une promesse faite à son créateur tout en ne voulant pas décevoir celle qu'il considère maintenant comme sa maman : Yo-Landi. Cette dernière est un personnage haut en couleur (j'ai tellement kiffé son look, et surtout ses débardeurs!), surprenante et attachante qui verra en Chappie l'enfant qu'elle n'a pas. Cependant, qu'il s'agisse des scientifiques ou des bandits, Chappie va très vite se rendre compte qu'il n'est qu'un objet leur permettant d'atteindre leur but car c'est là le propre de l'humain : partagé entre honnêteté et trahison, entre sentiments et nécessité, entre promesse et devoirs...


Chappie s'avère être un robot attachant, drôle et bad-ass qui m'a fait tantôt rire, tantôt... je n'irai pas jusqu'à dire pleurer mais disons attendrie. J'ai vraiment aimé le fait que les personnages ne sont ni vraiment bons, ni vraiment mauvais. Ils tentent surtout de survivre dans cette nouvelle jungle urbaine dirigée par la violence. Ils font tous des erreurs qu'ils regrettent plus ou moins et on comprend alors que Chappie soit perdu et ne comprenne pas où se situe cette limite floue entre le bien et le mal. Nous sommes donc loin d'être dans un film manichéen puisque même notre héros, que j'ai qualifié d'honnête, ne l'est pas tout à fait. Finalement, le seul personnage disons principal vraiment mauvais, c'est peut-être celui incarné par Hugh Jackman qu'on retrouve avec plaisir dans un rôle de méchant. Bon, je ne suis pas une grande admiratrice de la coupe mulet mais ça va avec le reste du film qui joue quand même pas mal sur le kitsch. On se rappelle par exemple le super pull dauphin de Ninja et son look pour le moins décalé, ou encore les flingues roses fluo de Yo-Landi! Pour finir, un petit mot sur la BO du film composé par le grand Hans Zimmer qu'on ne présente plus, mais qui nous permet de découvrir le groupe Die Antwoord dont font en réalité partie Yo-Landi et Ninja (qui ont gardé leurs vrais "noms" dans le film) : chansons aussi décalées que leurs interprètes mais qui collent parfaitement à l'ambiance du film.


Chappie aurait réellement pu être un coup de cœur car j'ai vraiment adoré ce film. Mais il rate la mention de peu car, je l'avoue, je n'ai pas vraiment aimé la façon dont se termine le film. Cependant, ça reste vraiment un film à voir car non seulement on passe un bon moment devant, partagé entre plein d'émotions différentes, mais en plus il pose de vraies questions sur l'intelligence artificielle et son devenir.


Film vu dans le cadre du challenge
(vu le 15/01/2016)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...