Les dernières chroniques

vendredi 12 février 2016

Polina - Bastien Vivès

Je continue ma plongée dans l'univers des bandes dessinées avec courage et motivation, et surtout avec un nom plutôt prestigieux : celui de Bastien Vivès. Auteur connu et reconnu, je n'ai lu et entendu que du bien au sujet de ses œuvres et notamment Polina. Aussi, je m'attendais à être vraiment emportée par cette découverte qui a l'avantage - pour moi - de s'éloigner de la BD Franco-Belge traditionnelle et d'être, en fin de compte, plus un roman graphique qu'une bande dessinée. J'avoue que j'ai encore du mal à voir la différence entre les deux et à cerner où s'arrête l'une pour commencer l'autre. Mais peu importe. Le fait est que j'ai lu Polina très vite, mais que je n'ai pas été aussi enthousiaste que 90% des lecteurs de cette histoire. Du coup, les questions que je me pose sont : est-ce que je suis passée à côté de quelque chose de trop subtil pour moi? Ou bien est-ce que le fait d'avoir lu beaucoup de manga sur l'évolution de jeunes passionnés (de sport ou autres) fait que je n'ai pas trouvé l'histoire racontée par Vivès plus originale qu'une autre?

Il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n'êtes pas souple à 6 ans, vous le serez encore moins à 16 ans. La souplesse et la grâce ne s'apprennent pas. C'est un don. Suivante...

On découvre Polina Oulinov quand elle n'est encore qu'une enfant qui rêve de devenir danseuse. Elle entre dans l'école pour laquelle elle auditionne malgré des remarques pas très positives sur sa prestation. Puis elle va peu à peu sortir du lot, et être entraînée par un professeur redouté par les élèves : Bojinski. Il va être dur avec elle, mais son enseignement va permettre à Polina d'avancer. On va donc suivre cette enfant dans sa progression, dans son apprentissage de la danse mais aussi de la vie. Les deux étant étroitement liés du début à la fin puisqu'elle va être confrontée à des questions telles que faut-il sacrifier son bonheur pour son ambition professionnelle? Ou au contraire, doit-on laisser sa vie privée empiéter sur ce pour quoi on a travaillé toute sa vie? De la Russie à Paris en passant par Berlin, le parcours de Polina va l'emmener à devoir prendre des décisions pas toujours évidentes pour une jeune fille de son âge.


Si le dessin se démarque et sert très bien le propos, j'ai eu du mal avec le personnage même de Polina qui, passionnée par la danse, ne montre pourtant jamais l'enthousiasme ou le plaisir que lui provoque cette activité pour laquelle elle a tout de même consacré sa vie. A vrai dire, j'ai trouvé l'héroïne assez ennuyeuse et j'aurais vraiment pas pu être amie avec elle je pense. Elle ne transmet pas vraiment d'émotions, elle ne sourit jamais, et ça ne m'a pas fait regretter de ne pas avoir fait de danse quand j'étais petite. Une autre chose qui m'a un peu dérangée ce sont les ellipses de temps faites par Vivès. Je ne parle pas de celles qui passent plusieurs années et qui sont précisées, mais celle qui passent d'un événement à l'autre sans raison particulière et sans transition. Si bien que souvent, je revenais à la page précédente pour voir si je n'avais pas sauté une page entre les deux. Du coup, ça m'a un peu perturbée dans la lecture de Polina et dans la compréhension des événements...



En conclusion, je reste mitigée face à l'oeuvre tant encensée de Bastien Vivès qui, pour ma part, m'a fait passer un agréable moment mais ne m'a pas transcendée. J'ai lu quelque part que c'est en voyant une représentation de la danseuse Polina Semionova que lui est venue l'envie de faire une bande dessinée sur le thème de la danse - milieu qu'il connaît aussi bien que moi apparemment, donc très peu - et j'ai donc décidé d'aller jeter un oeil ici. Et bien j'ai trouvé ça beaucoup plus parlant car en 3 petites minutes, la vraie Polina fait passer tout un tas d'émotions à travers une légèreté, une grâce et surtout un sourire qui ne transparaît jamais dans la BD. Pourtant, Bojinski ne manque pas de lui rappeler que "les gens ne voient pas ce qu'on ne leur montre pas"... Et apparemment, Bastien Vivès a oublié de me montrer quelque chose.

Ce livre a été lu dans le cadre de deux challenges

2016 Reading Challenge 
Un livre avec UNE héroïne

Challenge Petit Bac 2016
Ligne BD : Prénom
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...