Les dernières chroniques

jeudi 28 avril 2016

[Anime] Gankutsuou


J'ai regardé Gankutsuou dans le cadre de mon mémoire car malgré les apparences, cet animé est une adaptation techno-futuriste du roman d'Alexandre Dumas père : Le Comte de Monte-Cristo. J'avoue qu'au début, je n'étais pas vraiment emballé par cet animé qui est clairement un OVNI (Objet Visuel Non Identifié) dans le champ immense qu'est celui de l'animation japonaise. Comme le montre un peu l'image de ce post, la coloration est faite de motif divers et variés qui viennent illuminer les vêtements et les cheveux des personnages, parfois le décor. Et au début, c'est assez déroutant. La seule chose comparable que j'ai pu trouver est l'opening d'Elfen Lied (que vous pouvez regarder ici), lui-même largement inspiré de la peinture de Gustave Klimt. Sauf que dans Gankutsuou, les motifs ne bougent pas avec les personnages qu'ils habillent, ce qui donnent souvent un effet assez étrange, dérangeant au début et de plus en plus fascinant au fil des épisodes.


En 5053, le vicomte Albert de Morcerf et son ami d'enfance Franz d'Epinay quittent leur Paris natal pour assister au Carnaval annuel de la planète Luna. Ils y rencontrent un mystérieux personnage qui se fait appeler le Comte de Monte-Cristo. Alors que de nombreuses rumeurs circule à son sujet, les deux jeunes hommes acceptent une invitation à dîner pour satisfaire leur curiosité. Mais très vite, Albert va être fasciné par le comte. Monte-Cristo lui avoue qu'il désire s'installer à Paris mais qu'il n'y connait personne. Sans hésiter, le jeune vicomte va lui proposer de l'introduire auprès de la grande société. Mais lorsque Monte-Cristo arrive à Paris, des événements tragiques et inexplicables commencent à se produire et à faire douter Franz de l'honnêteté du comte. En revanche, Albert lui voue toujours une grande admiration...

Côté scénario, étant en ce moment en train d'écouter le livre audio de l'oeuvre originale, j'ai été assez déstabilisé que l'histoire commence lors du carnaval et de la rencontre entre le Comte et d'Albert de Morcerf. Je trouvais que cela rendait difficile la compréhension des agissement de Monte-Cristo et je me demandais comment tout allait devenir explicable. Autrement dit, j'avais peur qu'il manque énormément de choses à l'histoire originale. Mais finalement, ce choix scénaristique permet de rendre le comte beaucoup plus mystérieux car on ne sait pas pourquoi il agit ainsi, ni si ses intentions sont bonnes ou mauvaises. On se retrouve un peu dans la peau du jeune Albert qui admire Monte-Cristo sans vraiment savoir pourquoi, ni ce qu'il cherche. Les éléments prennent sens très lentement, notamment grâce à des flash-back, et on comprend les relations qu'entretiennent tous les personnages entre eux au fur et à mesure, de même que les véritables intentions du compte.

Le choix de replacer cette histoire dans un futur lointain est très audacieux mais permet de redonner un nouveau souffle à cette histoire datant du XIXe siècle. Si la Terre reste la Terre et Paris et Marseille les villes que nous connaissons, le reste du vaste monde parcouru par le comte dans l'oeuvre original s'étend ici à l'univers entier. Ainsi, le carnaval de Venise se déroule sur Luna, Janina n'est plus une ville grecque mais une autre planète et Haydée une extra-terrestre, entre autres. Finalement, si toute l'intrigue principale de l'oeuvre d'Alexandre Dumas est ici présente ainsi qu'une grande majorité des personnages, l'animé passe sous silence toute l'histoire du trésor de l'île (et donc l'abbé Faria n'existe pas, et par conséquent on ne sait pas pourquoi le comte a choisi de se faire appeler Monte-Cristo) ainsi que toute l'enquête menée par Edmond Dantès afin de retrouver les responsables de son malheur. Mais cela s'explique - du moins l'histoire du trésor - par la présence même de Gankutsuou qui signifie littéralement "Roi de la caverne".


J'ai beaucoup aimé les personnages de cet animé. Déjà, je trouve que les avoir placé dans ce monde ouvert sur l'univers a permis de rendre littéralement l'image vampiresque qu'on a du comte dans le roman. Souvent, Alexandre Dumas devait recourir à des termes comme "indescriptible", "inexplicable" et pour le coup, les choix assumés dans cet animé permettent de rendre tout cela visible et donc explicable. Albert et Franz sont attachants et, honnêtement, on aurait presque voulu une histoire plus poussée entre eux même si la fiancée d'Albert, Eugénie, est également très mignonne. J'ai bien aimé le personnage de Beppo qui m'a fait beaucoup rire alors que l'histoire en général est assez sombre. Les personnages adultes remplissent tous très bien leur rôle, et apparaisent comme gangrenés par la soif de pouvoir et de reconnaissance, chacun agissant dans son propre intérêt. Mais ma préférée entre tous reste Haydée que je trouve magnifique et dont j'admire la personnalité également.
 

En conclusion, je n'ai pas eu le coup de cœur pour Gankutsuou sans doute parce que je me rattache trop à l'oeuvre originale. Cependant, j'ai vraiment apprécié le parti pris des studios Gonzo dans la réalisation de l'animé et je ne doute pas qu'il puisse donner envie de découvrir l'oeuvre d'Alexandre Dumas! Je n'ai pas beaucoup parlé des musiques mais elles ont été composées par un Anglais du nom de Jean-Jacques Burnel (ça ne sonne pas très British!), bassiste du groupe The Stranglers, et je n'ai pas spécialement accroché avec les génériques.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...