Les dernières chroniques

mercredi 6 juillet 2016

Complètement cramé! - Gilles Legardinier

Auteur : Gilles Legardinier
Édition : Fleuve Noir en 2012

Quatrième de couverture
Arrivé à un âge où presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le cœur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays où il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien.
Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps ; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets ; Manon, jeune femme de ménage perdue ; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer…

Premières phrases
Il faisait nuit, un peu froid. Au cœur de Londres, devant l’hôtel Savoy, sous la verrière, un homme d’un certain âge vêtu d’un smoking faisait les cent pas en consultant fébrilement son téléphone portable. L’organisateur de la soirée qui se déroulait dans le grand salon sortit du hall et s’approcha, laissant échapper par la porte tambour le son des cuivres de l’orchestre qui jouait du Cole Porter.
— Toujours pas de nouvelles de M. Blake ? demanda-t-il.
— Je fais tout ce que je peux pour le joindre, mais il ne répond pas. Laissez-moi encore une minute.
— C’est très ennuyeux. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé de grave…
« Être mourant serait pourtant sa seule excuse valable ! » pensa l’homme au téléphone.

Mon avis
Depuis le temps que j'entends parler de Gilles Legardinier et de ses romans, j'avais envie d'en savoir un peu plus. Surtout que l'amoureuse des chats que je suis ne pouvait que craquer sur ces couvertures toutes plus mignonnes les unes que les autres. Du coup, je me suis lancée dans l'aventure sans même avoir lu la quatrième de couverture et j'avoue que je ne m'attendais pas à ce que le personnage principal soit un monsieur anglais d'un certain âge, ni qu'il décide de tourner le dos à sa vie bien confortable afin de se faire embaucher comme majordome dans un manoir en France. Du coup, j'ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire qui n'était pas tout à fait ce que j'espérais lire au moment où je l'ai lu, et il m'a fallut un peu plus d'une centaine de pages pour finalement parvenir à m'attacher à ce drôle de bonhomme qu'est Andrew Blake ainsi qu'à tous les habitants du manoir de Madame.

Peu à peu, on apprend à connaître le personnel : la bougonne mais bienveillante Odile et son chat Méphisto, le solitaire Philippe et son fidèle chien Youpla, la toute jeune Manon mais aussi le petit Yanis... Ce beau monde que tout semble opposer finit par cohabiter et trouve un certain équilibre, grâce aux idées farfelues mais géniales d'Andrew qui a décidé de mettre à contribution ses propres expériences afin d'aider les autres, et se rendre compte que ces autres peuvent également l'aider. Complètement cramé! est donc, comme qui dirait, un "feel-good book" qui nous donne envie de profiter de la vie et de partager les bonnes choses avec ceux qui nous entourent. Le roman prête souvent à sourire notamment des échanges concernant les différences entre l'anglais et le français, parfois même à rire des plans imaginés par Andrew mais il a toujours un arrière-goût de mélancolie et un fond de vérité qui le rende presque philosophique.

Au final, et avec le recul, je pense que le mal que j'ai eu avec ce roman venait de moi. Je ne devais pas être dans la bonne période pour le lire parce qu'en y repensant, il ne contient que des éléments faits pour me plaire. Petit coup de cœur pour le chat Méphisto qui nous réserve la plus grosse surprise de tout le roman! En attendant, j'attends de lire un autre Legardinier pour me faire une opinion plus approfondie sur l'auteur.

Citations
Quand on est jeune, on a peur de ce qui commence. On ne sait pas. Quand on est vieux, on a peur de ce qui risque de finir. On sait bien assez de choses mais on n'a plus l'occasion de s'en servir.

Seul ce qui se partage a de la valeur.

L'école, c'est autre chose. Ils gèrent trop d'enfants en même temps. Alors ils automatisent, ils ramènent à des principes quasi industriels, mais le meilleur moyen d'apprendre, c'est la contagion du bonheur que procure la lecture. On ne va pas lui expliquer ce qu'il y a dans les livres, tu vas lui faire découvrir tout ce qu'il peut y trouver.

Je ne sais pas. Je me suis souvent demandé ce qu'aimer voulait dire. Je sais juste que ma vie était plus belle quand elle était là. J'étais bien avec elle. Ce qu'elle était et ce qu'elle faisait me plaisait. Elle m'impressionnait. Sa droiture, son cœur, elle aurait pu rendre n'importe quel homme heureux. Avec elle, je ne me suis jamais ennuyé. Quand j'étais fort, c'est pour elle que j'avais envie d'accomplir. Quand j'étais faible, c'est grâce à elle que je réussissais à continuer d'avancer.

Vous savez, Odile, vous ne pouvez pas reprocher à Méphisto d'avoir fait ce que vous-même avez fait à vos monarques. Si ça se trouve, cette adorable bestiole était un tyran inflexible qui opprimait le peuple des chats. Vous l'imaginez, la mignonne, sur son trône, avec sa petite couronne, exigeant toujours plus de fromage, plus de pain, alors que, hors de son palais, des chats crient famine. Méphisto a fait sa révolution !

Ce livre a été lu dans le cadre d'un challenge

Challenge Petit Bac 2016
Ligne 2 : Insulte
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...