Les dernières chroniques

samedi 9 juillet 2016

Le Tour du monde en 80 jours - Jules Verne

Auteur : Jules Verne
Édition originale : Hetzel, 1872
Édition lue : Le Livre de Poche, 2000
Illustrations de l'édition originale Hetzel.

Quatrième de couverture
Phileas Fogg, gentleman anglais, parie avec les membres de son club qu'il fera le tour de la terre en 80 jours. Et, aussitôt, le voilà parti accompagné de son domestique Jean, un Parisien, dit Passepartout. Il devra être revenu à Londres, pour gagner, le samedi 21 décembre 1872 à 20h45 !
Soupçonné d'être l'audacieux voleur de la Banque d'Angleterre, Phileas Fogg va être filé tout au long de ses pérégrinations par le détective Fix qui ne peut cependant pas l'arrêter, le mandat d'amener arrivant toujours trop tard...
Les pays traversés, les multiples aventures, les stratagèmes employés pour contourner les nombreux obstacles, l'activité débordante de Phileas Fogg pour lutter contre le temps en ne se départant jamais de son flegme tout britannique, les personnalités de Passepartout et de l'obstiné Fix font du Tour du Monde en 80 jours un merveilleux roman, l'un des meilleurs de Jules Verne, dont le succès considérable ne s'est jamais démenti depuis sa parution en 1873.

Premières phrases
En l’année 1872, la maison portant le numéro 7 de Saville-row, Burlington Gardens – maison dans laquelle Sheridan mourut en 1814 –, était habitée par Phileas Fogg, esq., l’un des membres les plus singuliers et les plus remarqués du Reform-Club de Londres, bien qu’il semblât prendre à tâche de ne rien faire qui pût attirer l’attention.
À l’un des plus grands orateurs qui honorent l’Angleterre, succédait donc ce Phileas Fogg, personnage énigmatique, dont on ne savait rien, sinon que c’était un fort galant homme et l’un des plus beaux gentlemen de la haute société anglaise.

Mon avis
À ma grande honte, je n'avais jamais lu de roman de Jules Verne avant celui-ci. Et encore, j'y ai été forcé à cause de mon mémoire. Et pourtant, je dois dire qu'après la découverte de ce Tour du monde en 80 jours, je n'ai qu'une envie : découvrir le reste de la bibliographie de Jules Verne! Mais avant de m'emporter, revenons-en à ce roman et à son héros Philéas Fogg. Bon, il est clair que ce n'est pas à la sympathie de ce dernier que tient le succès de l'oeuvre car c'est est sans doute le personnage le plus froid et le plus flegmatique que la littérature française ait connu. On découvre le bonhomme dans sa routine quotidienne, avec des habitudes et un emploi du temps en béton. C'est d'ailleurs ce qui a séduit le majordome Passepartout quand il a postulé pour travailler au service de Philéas Fogg : il voulait mener une vie tranquille, loin de tout imprévu. Il était donc loin de s'imaginer que celui-ci relèverait le pari fou de parvenir à faire le tour du monde en 80 jours! À peine arrivé, le voilà donc embarqué dans une aventure inattendue qui s’avérera encore plus incroyable que tout ce qu'il aurait pu imaginer!

On ne se rend pas forcément compte aujourd'hui de l'impact qu'a pu avoir une telle histoire au XIXe siècle. Jules Verne dépeint, à travers quelques centaines de pages, des cultures et des innovations totalement inédites à une époque où les gens ne pouvaient ni voyager ni se renseigner via les médias actuels. Dans le cas de Jules Verne, la littérature permet littéralement au lecteur de voyager (grandement aidé qu'il est par les illustrations) et de découvrir des moyens de transports tout juste imaginés à l'époque, tout en vivant des aventures palpitantes en sauvant une princesse d'un sacrifice barbare par exemple, ou en participant à une bataille contre les natifs américains... Et le pire dans tout ça, c'est peut-être le fait que malgré tous les obstacles qui se dressent sur son chemin et qui risquent de lui faire perdre son pari, Philéas Fogg ne se départi jamais de son calme légendaire, persuadé que tout finira par s'arranger... Et jusqu'au bout, il est impossible de savoir si le gentleman réussira ou non à relever son pari fou!

Si ce n'est pas un coup de cœur, c'est seulement parce que j'ai lu Le Tour du monde en 80 jours dans un but précis : je cherchais des éléments pour alimenter mon mémoire. Aussi, je me suis concentrée sur certains aspects, en en laissant d'autres de côté et je n'ai pas pu me plonger dans l'histoire uniquement pour le plaisir de voyager. Cela dit, je pense que mes prochaines lectures de Jules Verne ne se feront pas dans les mêmes conditions et j'espère en profiter d'autant plus.

Ce livre a été lu dans le cadre de deux challenges

Un roman se passant à l'autre bout du monde

Challenge Petit Bac 2016
Ligne 2 : Voyage
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...