Les dernières chroniques

mercredi 20 juillet 2016

Lucika Lucika [3] - Yoshitoshi Abe

Titre original  リューシカ・リューシカ
[Ryûshika Ryûshika]
Dessin : Yoshitoshi Abe
Scénario : 
Yoshitoshi Abe
Traduction Fédoua Lamodière
Editions : KI-OON
Date de parution japonaise : 2011
Date de parution française 2014


Quatrième de Couverture
Lucika croque la vie à pleines dents, allant de découvertes en découvertes... Après s'être liée d'amitié avec sa jeune voisine, Sumiko, alias Surimi, et avoir appris à façonner un bonhomme de neige, la petite fille s'apprête à faire la connaissance d'un nouveau membre de la famille : un animal de compagnie!

Mais attention, il ne s'agit pas d'une bestiole ordinaire, car chez les Kayahashi, la banalité n'est jamais au rendez-vous...


On poursuit gentiment les aventures de la petite Lucika, dont l'auteur ne cesse de trouver à renouveler de quoi alimenter son imagination débordante! Dans le tome précédent, nous faisions la rencontre de sa famille et de sa nouvelle amie. Cette fois, c'est son frère, Marou, qui ramène de quoi intriguer la petite fille : il adopte un animal de compagnie pour le moins étrange. Alors que Lucika et Yukiki s'attendent à voir débarquer une boule de poils, c'est un caméléon qui entre dans la vie de cette famille farfelue. Il n'en faudra pas plus à Lucika pour imaginer des tas de choses dignes d'une petite fille de son âge.

Elle se rend par exemple compte d'à quel point elle peut être effrayante pour une petite bête, en se mettant à la place du caméléon, nommé Hamlet. Elle se demande aussi si il ne s'ennuie pas dans cette petite cage. Ou alors, en apprenant qu'il peut se fondre à son environnement, elle imagine que tout ce qui l'entoure est en fait un caméléon camouflé. Bref, l'arrivée d'Hamlet est vraiment un sujet de réflexion intense pour la petite Lucika!



Mais toutes les anecdotes ne tournent pas autour du caméléon et on retrouve Lucika en train de se poser des questions sur tout et n'importe quoi. Et encore une fois, la petite fille trouve le moyen de nous faire sourire mais aussi de nous toucher, lorsqu'elle veut se débarrasser des lierres qui envahissent son jardin et qu'elle se rend compte qu'elle les a tué en les coupant à la base. L'histoire est, certes, beaucoup moins tristoune que celles des volumes précédents mais elle reflète néanmoins très bien comment les jeunes enfants doivent expérimenter les choses afin de les comprendre.


En résumé, Lucika Lucika reste une lecture toujours aussi mignonne et fraîche qui va sans doute continuer de m'accompagner tout au long de l'été... et me mettre en condition pour une rentrée où je vais côtoyer des enfants de maternelles très souvent! 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...