Les dernières chroniques

mercredi 31 mai 2017

Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar


Une copine en détresse a besoin de se changer les idées, et hop, en avant pour une séance cinéma improvisée! Vu l'heure tardive, on est allées voir ce qu'on a pu : le tout dernier opus de Pirates des Caraïbes, sous-titré La Vengeance de Salazar, le tout en version française car on est arrivées 15 minutes trop tard pour la version originale! Bref, autant vous dire que je n'étais absolument pas préparée à aller voir ce film, d'autant plus que j'ai vu les trois premiers opus il y a fort longtemps (donc j'ai oublié beaucoup de choses) et que je n'ai pas vu le quatrième (donc j'ai sûrement raté certaines choses). Et pourtant, j'ai quand même passé un très bon moment et je me demande ce qu'il pouvait bien y avoir dans La Fontaine de Jouvence car je n'ai pas l'impression qu'il me manquait grand-chose pour comprendre l'intrigue.

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…


Le film renoue dès le départ avec ce qui avait fait le succès des premiers : l'ambiance et les personnages. Evidemment, Will Turner et Elizabeth Swann ne sont plus en mesure de porter l'histoire. Mais c'est au tour de leur fils Henry, interprété par Brenton Thwaites (à qui on ne peut nier un petit air de ressemblance avec son papa cinématographique), de prendre le relais et de  vivre de folles aventures aux côtés d'un Jack Sparrow égal à lui-même : complètement fou mais tellement attachant! Comme chacun sait, Will Turner est maintenant prisonnier d'une malédiction qui le condamne à rester sur le "Hollandais volant". Malédiction qu'Henry refuse d'accepter les bras croisés. Il décide alors de partir à la recherche du Trident de Poséidon qui, selon la légende, aurait le pouvoir de briser toutes les malédictions des océans, celle de son père y compris. Et pour cela, il a besoin de Jack Sparrow... et d'une carte mystérieuse possédée par une belle astronome putative!



L'autre bonne surprise du film, c'est la présence de Javier Bardem dans le rôle du grand méchant : Salazar. C'est un acteur que j'ai souvent vu dans des rôles d'amant ténébreux et sexy (Mange, prie, aime et Vicky Cristina Barcelona) ou des rôles dramatiques (Mar adentro) mais jamais dans un rôle de méchant et encore moins dans un film aussi peu sérieux! Comme quoi, ce monsieur peut tout jouer tant il est charismatique; Ici, il faut dire qu'il est bien aidé par les effets spéciaux qui rendent Salazar vraiment sombre et inquiétant par rapport au reste du film qui est très souvent léger et décalé.

D'ailleurs les effets spéciaux apportent un vrai plus à ce film car ils sont vraiment impressionnants, qu'il s'agisse de l'animation de Salazar et de ses hommes ou des batailles navales, et offrent des moments incroyables qui amènent au film une fraîcheur et un humour qui fait du bien! Je pense notamment à la scène du braquage de banque que j'ai juste trouvé énorme, mais également les attaques du bateau de Salazar sur les autres bateaux qu'il croise. Et je ne pourrais pas boucler cet article sans parler de l'immense joie que m'a procuré le fait de voir Jack Sparrow (et donc Johnny Depp) dans sa jeunesse. J'ai eu l'impression de revenir 20 ans en arrière...


Au final, ce Pirates des Caraïbes a été une bonne surprise car je ne m'attendais à rien. J'ai passé un très agréable moment qui m'a même donné envie de me replonger dans les premières aventures de Jack Sparrow. On y retrouve l'ambiance des débuts, notamment grâce à la BO qui est vraiment digne des précédents opus mais aussi grâce aux acteurs. Le scénario n'est pas spécialement original mais il permet de boucler la boucle dignement. 

mardi 30 mai 2017

Love Letters to the Dead - Ava Dellaira

Auteur : Ava Dellaira
Traducteur : Philippe Mothe
Édition française : Michel Lafon (2014)

Quatrième de couverture
Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Premières phrases
Cher Kurt Cobain,
Aujourd'hui, Mme Buster nous a donné notre premier devoir d'anglais: écrire une lettre à une personne décédée (comme si elle pouvait lui arriver au paradis, ou, mettons, à la poste des fantômes). Son idée, c'est sans doute de nous faire écrire à un ancien président ou quelqu'un de ce style, mais moi, il me faut une personne à qui je puisse parler. Je ne pourrais pas parler à un président. A toi, si.

Mon avis
J'ai lu ce roman il y a de cela quelques mois mais je tenais à en faire une chronique avec les souvenirs qu'il me reste de cette lecture qui m'a vraiment touchée. La jeune héroïne de ce roman, Laurel, a perdu sa sœur aînée, May, et tente tant bien que mal de surmonter son chagrin. Pour cela, elle intègre un lycée où personne n'est au courant de la tragédie, et elle tente de ressembler à May pour se faire accepter, parce qu'elle admirait sa sœur, son modèle, son héroïne. Elle se cherche. On pourrait dire qu'il s'agit d'un roman initiatique, mais revisité car c'est aussi et surtout un roman épistolaire. Laurel doit rendre un devoir d'anglais dans lequel elle écrit une lettre à une personne décédée de son choix. Elle commence par Kurt Cobain, l'idole de sa sœur, mais ne trouve pas le courage de rendre le devoir. Néanmoins, elle continue d'écrire, et la liste de ses destinataires s'agrandit. Elle leur raconte sa vie, ses problèmes, son passé, son présent. Elle se remet en question, elle remet en question la mort de sa sœur, sa culpabilité, sa vie entière en réalité. Tout ce qu'elle ne peut confier à personne d'autre puisque May n'est plus là pour l'écouter.

Evidemment, le roman n'est pas uniquement composé de Laurel, du fantôme de May et des quelques célébrités à qui s'adressent les lettres. Lors de cette introspection, nous découvrons tous les personnages qui accompagnent la jeune fille tout au long de parcours sur le chemin du deuil. Et ces personnages abordent des thèmes vraiment importants et finalement plutôt rares dans la littérature jeunesse. Je pense notamment à la violence infligée à Hannah par son grand frère, mais aussi l'homosexualité et la difficulté d'assumer ses préférences sans être jugée au lycée (et plus tard, malheureusement) à travers la relation entre Natalie et Hannah. J'ai vraiment apprécié le regard que porte Laurel sur ce qui se passe autour d'elle car malgré les épreuves qu'elle traverse, et bien qu'elle ne sache pas elle-même où elle en est, elle ne juge jamais les autres et les accepte tels qu'ils sont.  Alors qu'en contrepartie, elle a peur de ne pas être acceptée pour ce qu'elle est et se force à agir comme l'aurait fait May. Du moins comme elle pense que l'aurait fait May... Et en cela, je me retrouve un peu en Laurel.

Je lis très peu de romans épistolaires et pourtant c'est un genre que j'apprécie beaucoup. Love Letters to the Dead m'a donné envie de consacrer plus de temps à ce type de littérature. J'ai vraiment aimé la plume de l'auteur qui est souvent très poétique et toujours très juste dans les émotions évoquées. Ce roman m'a plu et je ne regrette absolument pas d'avoir décalé quelques révisions pour le découvrir. Dire que ce n'est que le premier roman de cette auteure, j'ai vraiment hâte de découvrir ce qu'elle va nous proposer d'autre!

Citations
Un ami, c'est celui qui t'accorde la totale liberté d'être toi-même - en particulier de réagir comme bon te semble. Que tu réagisses comme ci ou comme ça, ça lui est égal. C'est ça le vrai amour : c'est permettre à quelqu'un d'être ce qu'il est vraiment.

Merci pour ces paroles, car elles m'ont fait réfléchir. Moi, je crois que, depuis longtemps, j'essaie de réagir en fonction de ce qu'on attend de moi et pas en fonction de ce que je suis réellement.

Et peut-être que grandir, c'est comprendre qu'on peut être autre chose qu'un personnage qui va là où l'histoire le pousse. C'est comprendre que cette histoire, on peut aussi en être l'auteur.

Peut-être que, d'une certaine manière, elle préfère garder Natalie comme meilleure amie parce que les meilleurs amis vous évitent les ruptures et tous les désagréments de ce genre. Et même sans aller jusque-là, une relation comme la leur les situe à part dans l'esprit de certains.
Et Hannah n'est peut-être pas prête à la revendiquer.

lundi 29 mai 2017

C'est Lundi, que faites-vous? [56]

Rendez vous initié par Mallou et repris par Galleane.

Coucou !
On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu/vu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire/regarder en ce moment?
3. Que vais-je lire/regarder ensuite ?

Je commence tout juste à reprendre une vie "normale", je n'ai donc rien lu depuis plusieurs mois... J'espère que ce retour sur le blog sera l'occasion pour moi de reprendre un rythme correct de visionnage et de lecture! Ma culture générale en prend un coup, par contre je suis incollable en développement de l'enfant!

La semaine dernière, j'ai vu...
 
Petit ciné improvisé entre copines, du coup on a pris la séance qui restait étant donné l'heure tardive... Donc film en VF mais un bon moment tout de même devant le dernier volet de Pirates des Caraïbes. Puis j'ai enfin vu Premier contact qui me tente depuis sa sortie mais que j'ai laissé de côté faute de temps...

Avec monsieur, on a aussi terminé le premier arc de Saint Seiya, le Sanctuaire. C'est un des animés de mon enfance et j'ai voulu le lui faire découvrir. Bon, je pense qu'il ne sera jamais autant fan que moi mais je suis contente de me replonger dans ces épisodes.

En ce moment, je lis...
Je reprends doucement mais sûrement goût à la lecture, et quoi de mieux pour cela qu'une lecture commune avec PotitPanda? Ca fait bien 1 an qu'on avait programmé cette lecture, il était donc temps qu'on s'y mette.

Je regarde...
 
On continue Saint Seiya avec Monsieur, on est passé à l'arc Asgard, celui avec Hilda de Polaris et sa jolie petite sœur Freya. De mon côté, je regarde également l'animé Library Wars mais j'ai un peu de mal à accrocher.

Et je joue à...
 On a ressorti la PS3 pour compléter les trophées de certains jeux! Du coup, on est sur Final Fantasy XIII en ce moment. Autant dire qu'on a encore des heures et des heures de jeu devant nous!

Ensuite, je lirai...
Le tome 2 de Tobie Lolness! Parce que quitte à faire une LC, autant la faire jusqu'au bout.

Je regarderai...
Parce que j'ai entendu tellement de bien de cette série que j'ai pas vraiment le choix! Autant que mon abonnement Netflix me profite un peu.

Et je jouerai à...
Je l'avais commencé il y a quelque temps ce Breath of the Wild mais avec les oraux, j'ai préféré être raisonnable. Dernier souffle de vie de ma Wii U...


Et vous, vous avez lu/vu quoi de beau la semaine dernière? 

samedi 27 mai 2017

[Série TV] Broadchurch - Saison 2

[Cette chronique contient des SPOILERS]

C'est avec un peu de recul que je viens vous parler de la saison 2 de Broadchurch, une série pour laquelle j'ai eu un réel coup de cœur alors que ce n'est absolument pas le genre de chose que je regarde à l'accoutumée. Pour rappel, la première saison tourne autour de l'enquête sur le meurtre du petit Danny Latimer et, à la fin, on découvre avec surprise le tueur. La force de cette série c'était - à mes yeux - qu'elle se concentrait sur une seule enquête qui faisait alors resurgir les secrets les plus enfouis des habitants de la ville de Broadchurch, les rendant tous potentiellement suspect à un moment donné. Et l'annonce du coupable m'a littéralement scotchée, je ne m'y attendais vraiment pas... À aucun moment, je n'ai soupçonné Joe Miller, le mari de la détective chargée de l'enquête. Autant j'ai soupçonné son fils, les parents de la victime et même le curé, autant Joe Miller était un personnage qui n'avait, à mes yeux, rien à voir dans cette affaire...

Le coupable de la mort du petit Danny Latimer a finalement été découvert et à avoué son crime. Alors que tout le monde est persuadé qu'il va plaider coupable, et ainsi mettre fin à cette tragique affaire, Joe Miller plaide non-coupable. C'est alors le début d'un long et terrible procès pour la famille Latimer mais également pour Ellie Miller, la femme du coupable. En parallèle, l'affaire Sandbrook dont s'occupait le capitaine Hardy avant sa venue à Broadchurch, refait surface.

 
 

La saison 2 de Broadchurch s'appuie sur une double intrigue : d'une part le procès de Joe Miller et, d'autre part, l'enquête de Sandbrook donc on entend beaucoup parler dans la saison 1 mais dont on ne sait pas grand-chose. Toute la partie sur le procès est à couper le souffle. Vraiment, on se demande si on est vraiment en train d'assister à cela tant les arguments et les preuves démontées par la défense de Joe Miller sont énormes et si peu prises en compte par les jurés. A chaque fois qu'une séquence sur le procès se terminait, je me demandais comment cela était possible et j'en voulais à Mark Latimer d'avoir agit aussi bêtement, j'en voulais à l'avocate de Joe Miller que j'ai trouvé horrible et exécrable. Je me disais que, non, je n'aurais jamais pu être avocate et défendre des gens que je savais coupable même pour une grosse somme d'argent. J'avais de l'empathie pour Ellie Miller qui s'était tellement investie dans l'enquête pour, au final, découvrir que le coupable n'était autre que son propre mari... Bref, ce procès, je l'ai vécu minute après minute comme si j'y étais.. et le résultat m'a horrifiée, m'a consternée et m'a rappelée que, malheureusement, ça se passe aussi très souvent comme ça dans la vraie vie.

 

Le deuxième fil rouge de cette saison, c'était donc l'affaire Sandbrook. Dans la saison 1, on apprend que le capitaine Hardy est venu à Broadchurch suite à son échec face à une affaire mais rien de plus. Néanmoins, sa motivation, sa hargne à retrouver le coupable de la mort de Danny Latimer vient sans doute de cet échec qu'il ne supporte pas. Et la saison 2 vient lever le voile de mystère qui planait jusqu'alors. Je ne vais pas détailler ici les tenants et les aboutissants de cette affaire ici mais je trouve qu'elle avait toute sa place dans la saison 2 dans le sens où elle permet de nous éclairer sur le comportement d'Alec Hardy, pourquoi l'affaire Latimer lui tient tant à cœur, pourquoi il est venu à Broadchurch... J'ai trouvé l'affaire Sandbrook aussi intrigante que l'affaire Latimer finalement et si, ici, on la découvre a posteriori, elle aurait très bien pu faire l'objet d'une saison complète. Les acteurs qui incarnent les concernés de l'affaire Sandbrook sont par ailleurs très charismatiques et très difficile à cerner, ce qui ajoute aux mystères qui planent autour de cette affaire...

 

La saison 2 de Broadchurch n'a pas fait l'unanimité, beaucoup l'ont moins appréciée que la première et ont regretté de ne pas avoir pu la "binge watcher"* comme ils avait pu le faire précédemment. Pourtant, pour ma part, j'ai regardé l'intégralité des 8 épisodes en une journée et j'ai été prise dans la suite de cette intrigue du début à la fin! Depuis, la saison 3 est sortie et je l'ai également regardé en une journée! Mais tout cela est une autre histoire que je vous réserve pour une chronique à venir prochainement.


* Le binge watching est la pratique qui consiste à regarder la télévision ou tout autre écran pendant de plus longues périodes de temps que d'habitude, le plus souvent en visionnant à la suite les épisodes d’une même série 

vendredi 26 mai 2017

Comme une envie de revenir...


Presque 10 mois sans mettre les pieds ici... C'est hallucinant comme le temps passe vite. Les choses se calment un peu et l'envie d'écrire à nouveau ici se fait sentir. Alors avant de commencer à poster de nouvelles chroniques, petit bilan sur cette année folle durant laquelle la préparation du CRPE (Concours de Recrutement de Professeur des Ecoles) m'a pris environ 98% de mon temps!

Après mon M2 mention Lettres, Arts, Textes et Discours (ou comment donner un nom compliqué à de la recherche en littérature), je ne savais pas trop quoi faire. L'idée de faire une thèse me plaisait mais il fallait aussi que je songe à trouver un travail. J'avais donné des cours particuliers pendant 2 ans et l'enseignement me plaisait. J'ai eu l'opportunité d'être acceptée en Master MEEF 1° degré, pour enseigner en maternelle et élémentaire, en alternance. 

Quand je me suis lancée dans cette aventure, j'étais loin d'imaginer l'investissement que cela impliquait, mais également la richesse d'une telle formation. Depuis septembre, j'ai suivi des cours à l'ESPE de Versailles pour valider un master, pour réussir un concours mais également pour être préparée au terrain. J'ai donc eu la charge, tous les lundis jusqu'en mars, d'une classe de petite et moyenne section, d'abord en observation, puis en pratique accompagnée et, enfin, en responsabilité. J'ai eu cette classe également pendant 2 semaines entières, et j'ai eu une classe de CM2 pendant 2 autres semaines. Et j'ai adoré ce que j'ai fait tout ce temps. A vrai dire, je n'avais qu'une hâte, en finir avec cette année pour me lancer vraiment dans l'aventure!

Actuellement, côté fac, j'ai validé mon premier semestre sans trop de difficultés et je n'ai pas encore les résultats du second semestre. Pour ce qui est du concours, j'ai passé les écrits les 20 et 21 avril dans l'académie de Versailles, et je suis admissible. Je suis donc en pleine période d'oraux. J'ai passé mon premier oral mercredi 24 mai et le prochain sera le 9 juin. Je saurai si je suis admise le 23 juin et je serai encore en stage à partir du 26 jusqu'à la fin de l'année scolaire. Autant dire que la pression commence à retomber et que mes journées sont bien moins chargées mais j'ai quand même le stress des résultats qui se fait sentir. Si jamais je suis admise, je serai affectée dans une école qui dépendra de l'ordre que j'ai choisi dans mes vœux de départements et de ma place au concours... Un déménagement est donc prévu mi-juillet.

En attendant, je vais donc profiter de mon temps libre pour me remettre à la lecture et à toutes les activités laissées de côté durant ces longs mois. Je vais aussi prendre le temps reposter par ici et de revenir sur vos blogs! Dans cette optique, mon premier projet est une lecture commune avec mon accolyte PotitPanda qui débutera Lundi! Nous avons décidé de nous lancer à l'assaut des deux tomes de Tobie Lolness qui nous font de l'oeil depuis bien trop longtemps.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...